Purificateurs d’air

En France, un logement sur dix présente des niveaux de pollution élevée (chiffre communiqué par l’Observatoire de la qualité de l’air). Sachant que nous passons en moyenne plus de 80% de notre temps dans des lieux clos, il y a de quoi s’inquiéter.  Les capteurs de CO2, tel que le capteur QuosAir mentionné dans notre dernier article (https://www.quos.fr/mise-en-conformite-sur-la-qualite-de-lair-interieur/) apporte déjà une solution à cette problématique, en informant et en alertant sur la qualité de l’air intérieur en temps réel.  Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans leur démarche d’amélioration de leur qualité d’air intérieur, les purificateurs d’air s’avèrent être une très bonne alternative. Mais il faut prendre garde au type de purificateur utilisé. Il existe plusieurs techniques de désinfection. Voici les principales que nous avons identifié pour vous :

  • Les purificateurs d’air par filtration

Si vous optez pour un purificateur d’air par filtration, il est recommandé d’utiliser des purificateurs par filtration disposant de l’indice de qualité HEPA (haute efficacité sur les particules d’air). Ils sont en mesure de retenir les particules les plus petites comme les virus, les spores et les moisissures. Ils sont catégorisés de H10 à H14 en fonction de leur efficacité.

Avantages :

Très efficace contre les grosses particules, les gaz, les composés organiques volatils (COV) et surtout contre les particules fines. Qu’entend-on par COV ? La fumée de cigarette, le Benzène, le Formaldéhyde …

Inconvénients :

Il faut changer fréquemment les filtres (entre 3 et 8 mois), qui sont onéreux. Si les filtres ne sont pas changés régulièrement et l’appareil pas entretenu, ces purificateurs peuvent générer de nouveaux polluants. La difficulté réside dans le fait de déterminer la date à laquelle le filtre doit être changé mais également de la façon dont le filtre est changé (risque de dispersion des polluants au moment du changement de filtre).

Autre inconvénient, ils sont assez bruyants. Les différents filtres réduisent le débit d’air ce qui augmente le bruit mais aussi la consommation d’énergie.

Les filtres HEPA sont également constitués de microfibres de verre de type 475. Microfibres classées comme étant cancérigènes par des organismes publics.

Enfin, les microfibres présentes dans les fibres sont dangereuses. Il ne faut donc pas les disperser dans l’air, ce qui rend le recyclage des filtres est compliqué et encadré.

  • Les purificateurs d’air par ioniseur 

Ces appareils génèrent des ions négatifs qui vont charger électriquement les molécules présentes dans l’air, et ainsi les neutraliser en les faisant tomber.

Avantages :

Il n’y a pas de filtre à changer et donc très peu d’entretien. Ils sont très efficaces contre les odeurs, la fumée, les bactéries, les virus, et les allergènes. Solution très active pour les personnes souffrant d’allergies et de problèmes respiratoires.

Ces purificateurs sont peu bruyants et ils ne consomment que très peu d’électricité.

Inconvénients :

Si ces appareils ne sont pas CE, ils peuvent présenter un danger en émettant une concentration d’ozone trop élevée. A haute dose, l’ozone peut irriter et provoquer des troubles respiratoires.

De plus ils ne détruisent pas les particules, mais les fond tomber. Il faut donc passer régulièrement l’aspirateur afin que les particules ne se dispersent pas dans l’air.

Ils sont inefficaces contre les odeurs et les gaz.

  • Les purificateurs d’air par combustion

La filtration par combustion consiste à chauffer l’air ambiant. Le purificateur d’air brûle les spores, les champignons, les pollens ou les bactéries en suspension grâce à une résistance dont la température atteint 200 degrés. L’air chaud est immédiatement refroidi avant de sortir du purificateur.

Avantages :

Il est silencieux et ne demande que très peu d’entretien.

Inconvénients :

Ces purificateurs demandent un temps de traitement très long et donc une consommation d’électricité bien plus importante.

  • les purificateurs d’air par plasma

La technologie du plasma froid ou plasma non thermique est utilisée pour générer des espèces actives, comme les radicaux libres capables de décomposer par oxydation certains polluants de l’air.

Avantages :

Ce système de purification est très efficace dans la destruction des allergènes, des moisissures, des acariens des bactéries et des virus. Il est également efficace contre les particules fines.

Inconvénients :

Les molécules rejetées encombrent l’air de radicaux libres néfastes pour la santé. La technologie est donc à réserver aux pièces qui ne sont pas fréquentées en permanence et ils sont bien plus adaptés pour un usage industriel.

  • les purificateurs d’air par photocatalyse

La photocatalyse repose sur un catalyseur, qui, soumis à un rayonnement lumineux intense (lampe UV) produit des réactions chimiques d’oxydo-réductions jusqu’à ce qu’on observe la minéralisation complète du polluant organique en eau et carbone.

Avantages :

Destruction à 99,999% des virus, bactéries, moisissures et des champignons.

Inconvénients :

Actuellement très peu de ces purificateurs ont été testés et/ou évalués en laboratoire. Certains pourraient même être mauvais pour notre santé car ils émettraient des substances potentiellement néfastes comme le rejet de radicaux libres.

Ces purificateurs sont très puissants et extrêmement efficaces, cependant si vous optez pour ce type de technologie pensez à bien vous renseigner sur la marque choisie. Vérifiez que les effets et résultats ont bien été confirmés en laboratoire. Et que les produits sont bien CE.

  • les purificateur d’air par ozonation

L’ozone est essentiel pour notre planète. Ce désinfectant très puissant doit tout de même être utilisé avec parcimonie. L’inhalation d’ozone peut vite devenir nocive pour l’homme. Il y a des seuils à respecter. Il est également important de prendre en compte la taille de la salle dans laquelle le purificateur sera utilisé. Un appareil trop grand pour la pièce pourra s’avérer être dangereux pour les personnes présentes.

Avantages :

Destruction des virus et des bactéries. Ces purificateurs sont également très efficaces pour lutter contre les odeurs.

Inconvénients :

A trop haute dose ils risque d’irriter le système respiratoire en provocant des quintes de toux, des essoufflements et en réduisant la capacité respiratoire. Il provoque également des irritations au niveau de la peau et des yeux.

Notre solution : le purificateur R’Quos

Le purificateur d’air R’Quos, regroupe 3 des techniques de désinfection mentionnées ci-dessus.

  • la photocatalyse
  • l’ionisation
  • l’ozonation

Par le biais d’une technologie brevetée, il va diffuser du Peroxyde d’Hydrogène (désinfectant naturel et non invasif pour l’homme) en continu afin de détruire moisissures, odeurs, bactéries et virus. Cette solution est facile à mettre en place, et est certifiée CE Medical Device.  De plus elle bénéficie de plus de 20 ans d’expérience et est reconnue et validée par les recherches de la NASA.

L’exclusivité de cette solution ? La capacité de reproduire les conditions naturelles de l’environnement extérieur en intérieur par un processus sain et inoffensif nommé l’oxydation photocatalytique avancée. Ce processus permet d’extraire l’oxygène de l’humidité de l’air ambiant et d’utiliser un catalyseur naturel pour produire du peroxyde d’hydrogène gazeux (H2O2) dans les espaces intérieurs.

Actuellement utilisé dans les hôpitaux, installations médicales, écoles, crèches, bureaux … ce système d’assainissement est totalement sans danger pour tous les espaces occupés.

Le purificateur est également très efficace pour lutter contre les odeurs. C’est la diffusion d’ozone qui permettra de lutter efficacement contre les odeurs. L’ozone est en option, il n’y a donc aucune obligation d’en diffuser lors de l’utilisation du R’Quos.

Enfin ce produit, a été testé dans plusieurs laboratoires prouvant son efficacité contre le virus de la Covid-19, le Formaldéhyde, les bactéries, les champignons et les odeurs. Les rapports sont publics et donc accessibles pour tous.

Pour conclure sur ces différents purificateurs, il est important de garder en tête que chaque technologie présente des avantages et des inconvénients. N’ayant pas encore de réglementation clairement définie chaque purificateur fixe ses propres réglementations … Beaucoup de fausses promesses sont énoncées, de résultats impressionnant mais sans aucune preuve à l’appui …

Afin de choisir au mieux la solution qui convient à votre établissement, vous devez au préalable définir votre problématique. Pourquoi un purificateur (odeurs, protection du personnel, meilleure qualité d’air …) ? Sur quel polluant souhaitez-vous agir (Formaldéhyde, virus, bactéries, particules fines …) ? A quelle fréquence souhaitez-vous l’utiliser (en continu et en présence humaine, quand les locaux sont vides, de façon ponctuelle …) ?

Surtout n’oubliez pas que le but premier d’un purificateur d’air est de nettoyer l’air intérieur de ses polluants mais il ne remplace en aucun cas une bonne aération. Car le meilleur moyen pour améliorer la qualité de l’air intérieur reste l’aération des pièces via l’ouverture des fenêtres et une bonne ventilation des locaux. Mais comment aérer correctement les espaces ? En utilisant des capteurs d’air intérieur (https://www.quos.fr/quosair/), qui vous alerteront dès que vous devez aérer votre pièce. Donc pour résumer : il faut aérer et purifier votre air intérieur. Vous pouvez aussi investir dans un ficus, le ficus étant dans le top 3 des plantes dépolluantes !