Quelles sont les recommandations en matière de Qualité de l’Air Intérieur en milieu scolaire ?

Les effets d’une mauvaise qualité de l’air intérieur dans les salles de classe sont connus depuis des années. Les maladies chroniques, les capacités cognitives réduites, la somnolence et l’absentéisme accru ont tous été attribués à une mauvaise qualité de l’air intérieur, en particulier à des niveaux de CO2 élevés.

Ce qui est plus préoccupant aujourd’hui, c’est l’effet que la COVID19 aura sur la qualité de l’air et comment cela affectera les enfants à l’école.

La qualité de l’air intérieur peut être affectée par de nombreux facteurs :

  • Poussière

  • Germes et microbes en suspension dans l’air

  • Moisissure

  • Composés organiques volatils (COV) provenant de la peinture et des cloisons

  • Amiante

  • Dioxyde de carbone (CO2)

Alors que la plupart des parents connaissent les effets de la poussière, des moisissures, sur leurs enfants, ils ignorent souvent l’impact de niveaux élevés de CO2 combinés aux maladies infectieuses telle que la COVID19.

Même si le port du masque est devenu obligatoire pour empêcher la propagation du virus, inévitablement, la maladie trouvera plus facilement son chemin dans un air chargé en CO2.

Le Haut Conseil de la Santé a défini en avril 2021, les niveaux de CO2 appropriés pour les écoles.

Selon les recommandations actuelles du Haut Conseil de la Santé, «Une concentration supérieure à 0,08 % ou 800 ppm à l’intérieur d’un établissement scolaire est le signe d’une aération insuffisante dans un contexte COVID-19».

Les résultats des études récemment menées en milieux universitaires montrent qu’une fois que le virus s’échappe dans la salle de classe,

deux choix sont offerts :

  • Aérez le bâtiment (apportez de l’air frais de l’extérieur).

  • Éliminer le virus de l’air à l’intérieur du bâtiment (systèmes de purification d’air).

Les autorités sanitaires recommandent la mise en de place de systèmes de surveillance appropriés dans les salles de classe et les espaces de groupe, pour assurer une ventilation suffisante.

Une ventilation adaptée est essentielle pour limiter la propagation de la COVID-19. Conformément aux recommandations des autorités sanitaires, il est fortement recommandé aux établissements scolaires de :

  • Déployer des capteurs de CO2 utilisant la technologie NDIR.

  • Aérer les espaces lorsque les taux de CO2 mesurés par les capteurs dépassent le seuil de 800ppm (aération transversale, aération en grand, aération par entrebâillement).

  • Adapter les protocoles d’aération en fonction du nombre d’occupants, de la durée d’occupation, du volume de la salle de classe ou du réfectoire.

L’utilisation de capteurs de CO2 est préconisée également dans les espaces de restauration afin de contrôler le renouvellement de l’air et dans le cadre de de campagnes de sensibilisation à l’importance de l’aération.

Le temps de repas, étant par définition un moment pendant lequel les élèves ne portent pas de masques, il est recommandé en plus de l’aération, de nettoyer et désinfecter les tables du réfectoire après chaque service.

Des solutions, telles que les purificateurs d’air peuvent venir en soutien du travail des agents chargés de l’entretien pour désinfecter les surfaces après chaque repas (tables, chaises).

La technologie utilisée par les purificateurs préserve la sécurité alimentaire et peuvent même être utilisés en présence des élèves.

Le contrôle de la qualité de l’air est la solution.

Des études ont montré que les risques de transmission de virus ont tendance à être plus importants dans les pièces à faible circulation d’air.

Une mauvaise circulation de l’air entraîne non seulement des niveaux élevés de CO2 mais également des niveaux élevés de virus, de germes, de microbes et d’autres particules.

Vous l’aurez bien compris, l’environnement intérieur idéal est celui qui dispose de beaucoup d’air extérieur, frais remplaçant l’air vicié et contaminé à l’intérieur.

Malheureusement, les salles de classe ne disposent pas toujours de moyens d’aération appropriés. Non seulement cela provoque un manque de productivité et un manque d’intérêt pour l’apprentissage mais aussi un environnement plus propice à la transmission des virus.

Comment améliorer la qualité de l’air intérieur en milieu scolaire ?

La solution la plus simple est de s’adresser au chef d’établissement dans lequel votre enfant est scolarisé.

Un sondage publié en Avril 2021, montre que « 75% des français sont favorables à l’installation de détecteurs de CO2 et de systèmes d’aération dans les salles de classe » (sondage Opinion Way Avril 2021).

Pour les chefs d’établissement soucieux de rassurer les parents qui sont à la recherche d’une indication de la qualité de l’air intérieur, les capteurs de CO2 tels que le point de mesure QuosAir peuvent être utilisés pour surveiller et mesurer correctement le dioxyde de carbone, la température, l’humidité.

Capteur de CO2 QuosAir technologie NDIR

En utilisant le capteur de CO2 QuosAir, vous êtes assuré que si les niveaux dépassent le seuil normal, l’appareil fournira une indication rapide.

Grâce à une technologie NDIR, précise et avancée, QuosAir alertera les utilisateurs via une alarme visuelle qu’une aération adéquate est nécessaire pour le confort des enseignants et des élèves.

Pour aller encore plus loin dans la protection de la santé des élèves et des personnels pédagogiques, les purificateurs d’air R’Quos permettent de désinfecter les surfaces après les repas dans les réfectoires.

Purificateur d’air R’Quos 50

Actuellement, les solutions développées par Quos sont utilisées dans les salles de classe et les réfectoires pour analyser plus en détail les effets des mesures d’aération et faciliter le nettoyage des tables, quand les taux de CO2 dépassent les 800ppm.

Les établissements équipés des solutions Quos, peuvent ainsi communiquer sur leurs actions de prévention, dans le cadre de la lutte contre le Covid19 en affichant le sticker prévu à cet effet.

Pour plus d’informations sur le dioxyde de carbone et les bonnes pratiques en termes de qualité de l’air intérieur, contactez-nous, [email protected]